Industrie : les employeurs qui s’impliquent en faveur du handicap

Publié sur le site Jobintree.com, le 16 novembre 2010.

L’industrie est le secteur où le taux d’emploi des personnes handicapées est le plus élevé. D’ailleurs, certaines entreprises s’impliquent particulièrement pour attirer les personnes en situation d’handicap. Petit panorama de leurs actions.

Cristelle Jacq est la responsable de la mission handicap de l’entreprise Assystem, un groupe international d’ingénierie et de conseils en innovation. Depuis 2007, elle tente de « démystifier le handicap » et de « jouer le rôle de facilitateur » pour l’emploi de personnes handicapées au sein du groupe. « On fait des campagnes de sensibilisation sur l’intranet, des aménagements de postes et une prévention en amont en se rendant dans des écoles d’ingénieurs », explique-t-elle.

Handicap, recrutement et innovation

Chaque année, Areva est partenaire de la semaine nationale pour l’emploi des personnes handicapées qui se tient en novembre. Mais l’entreprise, leader mondial de l’énergie nucléaire, va plus loin en créant le label « handimanager ». Celui-ci permet de sensibiliser les managers de demain. Un engagement qu’Areva pousse jusqu’à l’international, en organisant depuis 2009 une journée consacrée à l’insertion professionnelle des personnes handicapées sur  tous ses sites européens.

Mais la palme de l’innovation revient à Schneider Electric. L’entreprise spécialisée dans la gestion de l’énergie utilise une plateforme Internet entièrement dédiée aux personnes handicapées en recherche d’emploi. Ils peuvent y déposer leur candidature en vidéo, s’entraîner virtuellement à l’entretien d’embauche et être suivis de près par la mission handicap tout au long du processus de recrutement. Schneider Electric est aussi un des principaux organisateurs du forum « Alternance et Handicap dans l’industrie », qui se tient chaque année en juin.

Article original: http://www.jobintree.com/actualites-emploi/666-industrie-employeurs-faveur-du-handicap.html

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Travail, formation

«Mes BD sont très terre-à-terre, très Québec, quasiment très Ahuntsic»

Jacques Grenier

Bédéiste québécois résidant dans le quartier Ahuntsic, Michel Rabagliati est devenu célèbre grâce à son personnage et alter ego «Paul». Toujours limpides, les titres de ses albums comme Paul à la campagne ou Paul à Québec, abordent en fait des sujets bien plus complexes comme la mort ou la vie de couple, le tout teinté d’une pointe d’humour. De quoi certainement réconcilier les adultes et la bande dessinée.

Déjà lauréat de nombreux prix au Québec et dans les alentours, son talent est maintenant reconnu jusqu’en France. Michel Rabagliati fait partie de la sélection officielle du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême. Un des plus grands évènements du monde de la BD, qui se déroule du 28 au 31 janvier. Entretien.

Vous faites partie de la sélection officielle du festival d’Angoulême pour l’album Paul à Québec. Vous avez déjà gagné de nombreux prix, mais en quoi celui-ci serait différent pour vous?

Ca dépend de l’ampleur du festival. C’est l’un des plus anciens. Il a grossi, et est devenu le plus grand festival de BD du monde. Ici, il n’y a rien de tel. Le simple fait d’être sélectionné est déjà un événement en soi, car il n’y a jamais eu de BD québécoise à la sélection officielle. C’est le fun de voir qu’il y a une bande dessinée québécoise qui a passé la barrière.

Parlons un peu de votre parcours. Vous avez travaillé dans le graphisme, l’illustration publicitaire et éditoriale. Comment êtes-vous finalement arrivé à écrire votre première bande dessinée?

C’est un rêve que je caressais depuis que j’étais enfant. Dans les Cégeps graphisme, tous les gars ont envie de faire de la BD, et les filles des contes. Ici au Québec, au niveau éditorial dans la BD, il n’y a plus grand-chose. Il n’y a plus rien pour publier une page ou deux dans un journal. Maintenant, il faut tout de suite faire un grand livre. Et ça demande de l’énergie. Il faut du courage. Et puis, l’illustration est un métier très créatif, je me suis beaucoup amusé dedans. En 1998, je me suis remis à la BD, car j’y pensais encore.

J’ai bien fait d’attendre, d’être mûr, peut être d’avoir un enfant. C’est dans le quotidien que j’ai trouvé mon inspiration: la vie de couple, les enfants… Mes BD sont très terre-à-terre, très Québec, quasiment très Ahuntsic. J’aime rester près de chez moi et montrer ma ville. Je suis admirateur de ma ville.

Vos Bandes dessinées ont été traduites en anglais, en espagnol, en italien, en néerlandais et en allemand. Travaillez-vous sur certaines de ces versions?

Je contrôle l’anglais avec une traductrice. Je relis ce qu’elle fait. On s’amuse ensemble, avec l’anglais. Mais les autres non, je laisse aller. Les éditeurs travaillent à partir de la BD anglaise, cette version est déjà tournée vers l’international, donc il n’y a pas de problèmes de compréhension.

Cela vous étonne-t-il que les aventures de Paul, très ancrées dans le Québec, parlent aussi à des Espagnols, des Néerlandais etc.?

Non, parce que les sujets sont universels. Par exemple, l’album Paul à un travail d’été parle des colonies de vacances. Il y en a partout. Quand ça devient plus québécois, peut être que c’est moins évident. Sinon les sujets sont universels comme la perte d’un proche ou la grossesse. Des sujets bien banals et d’intérêt général.

Les titres sont toujours très simples aussi, pourquoi?

C’est un gag avec les Tintin et les Martine. Les titres des BD étaient souvent comme ça dans les années 1950 et 1960, très premier degré. Mes lecteurs ont compris. Ce ne sont pas des livres pour enfants, c’est un peu trompeur. Par exemple, l’album Paul à Québec, ne raconte pas l’histoire de Paul qui se balade à Québec, c’est plus complexe que ça.

Vous avez illustré la pochette du dernier CD de Mes aïeux intitulé La ligne orange, vous continuez donc à pratiquer d’autres activités?

Je ne prends officiellement plus de commandes en illustration. Je suis à un tournant de ma carrière. Il y a un intérêt pour ce que je fais. Je participe à des conférences de presse, des expositions… Mes aïeux, c’était un projet spécial, tellement charmant et tellement libre, un cadeau du ciel. Ce n’était pas comme une commande pour un magazine. J’étais très libre artistiquement.

Vos BD sont clairement autobiographiques, je suppose que le choix des prénoms était donc très important. Comment avez-vous procédé?

Dès le début, j’ai changé le nom de tout le monde par respect des gens. Par exemple ma blonde Carole, je préfère l’appeler Lucie. Je suis plus à l’aise et elle sait que ce personnage n’est pas exactement elle. Par contre, j’avais laissé le vrai nom de ma fille, puis je l’ai changé. Comme cela je suis plus libre.

Quels sont vos projets?

En ce moment, je travaille sur une autre BD. Ça occupe pas mal mon temps. J’écris à peu près une page par jour. C’est le septième album. Je ne sais pas encore le titre. J’attends aussi l’avis de l’éditeur, mais ça sera encore surement Paul «fait quelque chose…».

Article publié le 16 janvier 2010 dans le Courrier Ahuntsic (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Culture

L’avenir du livre

Photo: Martin Alarie

Jusqu’au 3 janvier la librairie Monet présente une exposition intitulée Le livre imaginé. Cinq artistes originaires du Canada, des États-Unis, de la France et du Mexique ont créé des œuvres autour du thème de l’avenir du livre. Peinture, sculpture et œuvre multimédia deviennent autant de façons d’imaginer son futur.

Anne-Pascale Lizotte, directrice artistique de l’organisme Diffusion aire libre est l’instigatrice de ce projet. Elle a eu l’idée de réunir des artistes très différents autour d’un même thème. Face à l’émergence de la technologie, certains voient l’avenir du livre menacé. Anne-Pascale Lizotte pose donc cette question: «De quelle manière le livre sera-t-il appelé à se redéfinir?»

La directrice présente en ces mots les artistes qu’elle a choisis: «Cara Barer, Photographe américaine, s’attarde à l’évolution physique du livre qui devient sculpture, tandis que les livres sculptés de Guy Laramée deviennent paysage et que les œuvres de Jean-Marc Godès, photographe plasticien, viennent faire écho au questionnement soulevé par l’exposition». Aux côtés de ces artistes, Anne-Pascale Lizotte a aussi décidé d’y joindre «deux voix de la relève»: «Gabrielle Laforest, jeune peintre qui réfléchit au rapport entre peinture et écriture et Estela López Solís qui propose deux œuvres vidéo répondant à l’angoisse et à l’incertitude inévitables liées à la mutation du livre».

Lise Bissonnette qui a été pendant 11 ans à la présidence de la Bibliothèque et Archives nationales du Québec, a été choisie comme porte-parole de l’exposition. Pour elle, toutes les peurs autour de la disparition du livre et une telle exposition montrent «comment le livre est devenu une valeur universelle». Cependant, Mme Bissonnette dit ne pas faire partie de ceux qui pensent que le livre va disparaître avec le numérique. «L’important est que le sens demeure, qu’on écrit encore des livres, qu’internet ne tue pas tout», explique-t-elle. C’est d’ailleurs pour cela que les artistes ont travaillé sur le livre «imaginé», une notion à ne pas confondre avec «imaginaire». Il ne s’agit pas de surréalisme, tous les livres de ces artistes appartiennent au réel.

Cette exposition est un vent d’air frais et permet de sortir de la vision manichéenne du tout numérique ou du tout papier. En effet, peu importe la forme que prendra le livre, Lise Bissonnette est persuadée que «s’il doit vivre, ce sera pour des raisons liées à son sens et non aux sens».

Article paru le 26 décembre 2009 dans Le Courrier Bordeaux-Cartierville (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Culture

Mille cinq cents pieds carrés d’aire libre

Martin Alarie

Discours, art et petits fours ont rythmé la soirée d’ouverture de l’atelier de création de l’entreprise culturelle « Diffusion aire libre ». L’organisme a dévoilé son espace de 1500 pieds carrés, au 9150, rue Meilleur, à Ahuntsic. Il est entièrement dédié à la production d’artistes de la relève.

Christine St-Pierre, députée de l’Acadie a ouvert le bal. Elle s’est réjouie du coup de pouce de 74 285$ donné à Diffusion aire libre dans le cadre du programme d’aide à l’entrepreneuriat, volet relève: Art et culture à Montréal. Une aide qui s’ajoute à celle reçue par la Corporation de développement économique communautaire Ahuntsic-Cartierville, d’une valeur de 20 000$. Une aventure qui démarre plutôt bien pour cet organisme culturel indépendant, créé tout juste cet automne. «Cet argent va servir à financer l’installation de l’atelier, les matériaux pour les artistes, les expositions et les salaires», a expliqué Anne-Pascale Lizotte, créatrice de l’entreprise, lors de l’ouverture officielle.

L’organisme souhaite promouvoir la littérature, l’éducation et les arts, en proposant un atelier où les artistes de la relève pourront créer et exposer leurs œuvres. Un espace que Mme Lizotte décrit comme un «lieu d’expérimentation, d’audace et de création». Quatre artistes en art visuel, un musicien et un graphiste font déjà partie de cette aventure.

Gabrielle Laforest, 30 ans, est une des artistes de Diffusion aire libre. Originaire du quartier Ahunstic où elle a vécu pendant 22 ans, elle est une artiste peintre qui aime mêler peinture et écriture. Elle est étudiante en maîtrise d’art visuel à l’UQAM. Pour elle, sa présence à l’atelier de création est le fruit d’une relation de longue date. «J’ai fait une exposition il y a trois ans à la librairie Monet et c’est là où j’ai rencontré Anne-Pascale Lizotte, puis elle m’a approchée pour ce projet», a raconté la jeune peintre. Cette collaboration lui permettra d’avoir un endroit pour peindre, présenter ses œuvres et jouir de toutes les ressources nécessaires au développement d’un artiste. Mais surtout, Gabrielle Laforest insiste sur le fait que c’est le projet en soi qui l’a attirée: «Cet espace donne la chance a plusieurs artistes de travailler ensemble, c’est agréable pour l’échange», a-t-elle ajouté.

Les artistes qui souhaitent faire partie de Diffusion aire libre doivent envoyer un porte-folio à l’organisme qui se réunit ensuite en comité pour sélectionner les meilleurs dossiers. Les responsables ont des projets plein la tête pour régaler les amateurs d’art, dont une exposition sur l’histoire du jazz à Montréal et une autre sur le lien entre la danse et la littérature. L’entreprise lancera même, au courant de l’automne 2010, un concours sur le thème «votre vision du quartier Chabanel». On peut retrouver toutes ces informations sur le site internet (www.airelibre.ca).

Article publié le 21 novembre 2009 dans le Courrier Ahuntsic (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Culture

Raconter la guerre avec des mots d’enfant

 

 

C’est une écrivaine native de Bordeaux-Cartierville et maintenant installée à Rosemont, qui a gagné le prix TD 2009 de littérature canadienne pour l’enfance et la jeunesse. Organisée par Le Centre canadien du livre jeunesse et le Groupe Financier Banque TD, la cérémonie a récompensé le livre Chère Traudi d’Anne Villeneuve.

Illustratrice de métier, Anne Villeneuve travaille depuis 24 ans pour plusieurs maisons d’édition, des journaux et des magazines. Déjà lauréate du prix en 2005 en compagnie d’un écrivain, elle savoure cette fois une récompense qu’elle a gagnée seule en tant qu’écrivaine et dessinatrice. «Ça donne une visibilité au livre, il va être plus poussé en avant dans les bibliothèques, les librairies…», explique l’auteure.

Ce livre lui tient particulièrement à cœur. «Cet ouvrage a été un plus grand défi, car je n’avais jamais travaillé sur un sujet sérieux». Chère Traudi est inspiré de l’histoire vraie de Kees Vanderheyden. Un homme qu’Anne Villeneuve a réellement rencontré. Celui-ci lui a raconté sa vie sous l’occupation et comment les Allemands ont occupé sa maison en Hollande. Il lui a aussi parlé de Traudi, une petite Allemande recueillie par sa famille après la guerre et dont il a perdu la trace. Dans ce livre, Anne Villeneuve, imagine la première lettre qu’écrirait Kees Vanderheyden à Traudi s’il la retrouvait. Pour Anne Villeneuve, ce livre est aussi un prétexte pour raconter la Seconde Guerre mondiale à travers les yeux d’un enfant. «C’est intéressant de voir comment un enfant se forge sa propre vision sur la guerre», insiste-t-elle. En effet, au cours de ce livre le petit narrateur comprend que tous les Allemands ne sont peut-être pas méchants et que des gens souffrent des deux côtés.

L’originalité de ce livre ne tient pas qu’à son histoire, mais aussi aux illustrations. En effet, Anne Villeneuve a effectué un vrai travail de recherche pour que ses dessins collent le plus possible à la réalité. «Cela a été tout un travail de recherche de références historiques, j’avais toute une bibliothèque sur la seconde guerre mondiale». Un travail qui, au milieu de ces autres obligations, lui a pris cinq ans.

Mais Anne Villeneuve ne s’est pas arrêtée là. Elle a poussé le perfectionnisme jusqu’à écrire le livre à la main, au crayon de bois, comme si c’était une vraie lettre. C’est donc sa propre écriture qui défile tout au long du roman. «J’ai même laissé les ratures pour imiter l’idée de l’écriture dans le flux du moment», explique l’écrivaine.

Pour l’anecdote, après l’écriture de ce livre, Kees Vanderheyden a réellement retrouvé Traudi, soixante ans après l’avoir perdue de vue. Anne Villeneuve, pense se servir de son prix de 25 000$ pour continuer de créer et de concrétiser ses autres projets. En attendant, son livre Chère Traudi, est toujours disponible en librairie.

Article publié le 19 novembre 2009 dans le Courrier Bordeaux-Cartierville (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Culture

Sacré-Cœur fait rimer médical et social

Le 27 octobre, l’hôpital du Sacré-Cœur et l’Organisation multiressources pour les personnes atteintes de cancer (OMPAC) ont signé une entente baptisée Le pont , afin de créer un lien entre les soins dispensés à l’établissement de santé et les services psychosociaux dont les personnes touchées par le cancer ont besoin. Lors de l’événement, divers intervenants se sont succédés au pupitre pour parler de leur engagement, médical ou social, envers les personnes atteintes de cancer.

Il s’agit d’un partenariat peu commun, entre un établissement de santé et un organisme sans but lucratif. Colette Coudé, directrice générale d’OMPAC, a rappelé que dans la maladie, les effets secondaires sont aussi importants et doivent être pris en compte. Selon elle, à OMPAC il s’agit «d’outiller les personnes pour que chacune puisse faire appel à ses ressources intérieures pour vaincre la maladie». En effet, selon Dominique Synott, chirurgienne et spécialiste du cancer du sein, une meilleure compréhension de la maladie diminue considérablement le stress et peut augmenter les chances de guérison.

Daniel Audet, vice-président du Conseil du patronat du Québec et porte-parole d’OMPAC, est venu parler de sa propre expérience et de son engagement. Il a été atteint d’un cancer du cerveau il y a deux ans. «Apprendre qu’on a un cancer est quelque chose de difficile à accuser comme coup, et c’est aussi l’entourage qui est touché», a t-il expliqué. Son couple n’a pas tenu face à la maladie, et cela malgré le soutien de ses proches. Il pense qu’un partenariat entre un hôpital et une association comme OMPAC peut aider à prévenir, voir même éviter, ce genre de rupture.

Gabriel Groulx, président du conseil d’administration de Sacré-Cœur, a souligné le fait que le réseau de santé a grand besoin de ce genre de partenariat. Tandis que Michel Larivière, directeur général, a dit espérer que ce type de service deviendra rapidement la norme pour traiter toutes les formes de cancer.

Le programme de collaboration entre l’hôpital et OMPAC débutera avec le cancer du sein pour ensuite s’étendre aux cancers gynécologiques et progressivement à toutes les autres formes de la maladie.

Article publié le 30 octobre 2009 dans le Courrier Bordeaux-Cartierville  (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Social

Les jeunes se mobilisent pour leur ville

 

Maya d’Alarie

Samedi dernier a eu lieu la 3e édition de la Journée des jeunes Montréalais, sur le thème Bouge ta ville! À l’initiative du Conseil jeunesse de Montréal (CjM), plusieurs jeunes provenant de divers organismes du quartier ont présenté un projet en présence de candidats locaux aux prochaines élections municipales, Émilie Thuillier de Projet Montréal, et Harout Chitilian d’Union Montréal. L’événement s’est tenu au Centre des Loisirs de l’Acadie.

Regroupés dans les locaux du deuxième point de service de la Maison des jeunes de Bordeaux-Cartierville, Jeunesse 2000, une vingtaine de participants et les deux candidats ont attentivement écouté une vidéo lancée par un intervenant de l’organisme. Dynamique et enjoué, le petit film commence par une chanson des Black Eyed Peas. Puis les visages, les rires, les jeux défilent. Derrière la caméra, l’intervenant montre comment les jeunes du quartier utilisent le point de service pour s’occuper, s’amuser et faire du sport, malgré le manque de moyens. En effet, les jeunes jugent les locaux trop vétustes, les équipements désuets et le décor peu attrayant. Tous le clament, ados et intervenants: «Il faut aménager Jeunesse 2000!».

Deux étages plus haut, ce sont les jeunes de l’Office municipal d’habitation de Montréal qui ont défendu leur projet, à l’aide de diapositives, de photos et de pancartes. Andjo, âgé de 15 ans, a pris seul la parole. Il a parlé du quartier Ahuntsic, des belles initiatives: le jardin communautaire, le nettoyage du quartier, le barbecue, les amis, la famille mais aussi des problèmes. «On voudrait avoir un terrain de soccer, un parc et un terrain de basket, ça permet aux jeunes de ne pas aller dans les gangs», a-t-il expliqué. Andjo en est convaincu, plus il y a d’activités moins les jeunes sont tentés de faire des bêtises.

De leurs côtés les candidats Émilie Thuillier et Harout Chitilian ont remercié et félicité les jeunes pour leurs travaux et promis d’adresser les problèmes. Émilie Thuillier a pointé du doigt le fait que peu de participantes féminines ont été impliquées dans ces projets. Tandis que Harout Chitilian a dit comprendre ces jeunes, venant lui aussi d’un milieu populaire.

L’opération Bouge ta ville! a simultanément eu lieu dans plusieurs arrondissements de Montréal. Les projets seront évalués par les membres du CjM lors d’une assemblée spéciale et les résultats seront annoncés dans une semaine. À la clé pour le meilleur projet: la coupe CjM et des prix d’une valeur de 2000$. Un prix de participation sera remis à tous les concurrents.

Article publié le 23 octobre 2009 dans le Courrier Bordeaux-Cartierville (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Actualité locale