Archives de Catégorie: Actualité locale

Les jeunes se mobilisent pour leur ville

 

Maya d’Alarie

Samedi dernier a eu lieu la 3e édition de la Journée des jeunes Montréalais, sur le thème Bouge ta ville! À l’initiative du Conseil jeunesse de Montréal (CjM), plusieurs jeunes provenant de divers organismes du quartier ont présenté un projet en présence de candidats locaux aux prochaines élections municipales, Émilie Thuillier de Projet Montréal, et Harout Chitilian d’Union Montréal. L’événement s’est tenu au Centre des Loisirs de l’Acadie.

Regroupés dans les locaux du deuxième point de service de la Maison des jeunes de Bordeaux-Cartierville, Jeunesse 2000, une vingtaine de participants et les deux candidats ont attentivement écouté une vidéo lancée par un intervenant de l’organisme. Dynamique et enjoué, le petit film commence par une chanson des Black Eyed Peas. Puis les visages, les rires, les jeux défilent. Derrière la caméra, l’intervenant montre comment les jeunes du quartier utilisent le point de service pour s’occuper, s’amuser et faire du sport, malgré le manque de moyens. En effet, les jeunes jugent les locaux trop vétustes, les équipements désuets et le décor peu attrayant. Tous le clament, ados et intervenants: «Il faut aménager Jeunesse 2000!».

Deux étages plus haut, ce sont les jeunes de l’Office municipal d’habitation de Montréal qui ont défendu leur projet, à l’aide de diapositives, de photos et de pancartes. Andjo, âgé de 15 ans, a pris seul la parole. Il a parlé du quartier Ahuntsic, des belles initiatives: le jardin communautaire, le nettoyage du quartier, le barbecue, les amis, la famille mais aussi des problèmes. «On voudrait avoir un terrain de soccer, un parc et un terrain de basket, ça permet aux jeunes de ne pas aller dans les gangs», a-t-il expliqué. Andjo en est convaincu, plus il y a d’activités moins les jeunes sont tentés de faire des bêtises.

De leurs côtés les candidats Émilie Thuillier et Harout Chitilian ont remercié et félicité les jeunes pour leurs travaux et promis d’adresser les problèmes. Émilie Thuillier a pointé du doigt le fait que peu de participantes féminines ont été impliquées dans ces projets. Tandis que Harout Chitilian a dit comprendre ces jeunes, venant lui aussi d’un milieu populaire.

L’opération Bouge ta ville! a simultanément eu lieu dans plusieurs arrondissements de Montréal. Les projets seront évalués par les membres du CjM lors d’une assemblée spéciale et les résultats seront annoncés dans une semaine. À la clé pour le meilleur projet: la coupe CjM et des prix d’une valeur de 2000$. Un prix de participation sera remis à tous les concurrents.

Article publié le 23 octobre 2009 dans le Courrier Bordeaux-Cartierville (Montréal).

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Actualité locale

Un coup de jeune pour l’église Saint-Paul

 

 

 

 

 

 

Intouchée depuis sa réalisation en 1954, l’église Saint-Paul-de-la-Croix a décidé qu’il était temps de redonner un coup de jeune à sa fameuse peinture murale, L’Apothéose de Saint Paul de la Croix. Il s’agit d’un retable, c’est-à-dire d’un tableau vertical, situé derrière la table d’autel, représentant la vie de saint Paul de la Croix. Approuvé par le conseil du patrimoine religieux du Québec, le projet a été réalisé en quelques mois.

D’une dimension de 26 pieds de hauteur sur six pieds, six pouces de largeur, le retable présentait des taches blanches et les couleurs avaient été altérées par le temps. Lise Pellerin, marguillière de la paroisse, s’est occupée du projet. «Nous avons lancé un appel d’offres pour trouver un restaurateur et démarrer les démarches pour obtenir une aide économique du Conseil du Patrimoine religieux du Québec», explique-t-elle. Au final, les coûts de rénovation ont été financés à 70% par le Conseil du Patrimoine et à 30% par la paroisse et les fidèles, pour un montant total d’environ 21 000$.

C’est l’entreprise Legris Conservation Inc., qui a finalement été choisie pour effectuer la restauration du tableau. Nettoyage, retouche et masticage, il leur a fallu à peu près un mois pour redonner un coup de jeune à cette fresque âgée de 55 ans. «Les gens étaient très heureux de cela, ça change et toutes les couleurs sont maintenant vives», confie Mme Pellerin.

Les 300 fidèles qui se pressent dans cette église chaque semaine prendront certainement plus de plaisir à admirer ce tableau originairement peint par Morency et Martirano et racontant la vie de Saint Paul-de-la-Croix. Fait prêtre par le pape Benoît XIII au XVIIIe siècle, le père Paul de la Croix a consacré toute sa vie à la contemplation de la passion de Jésus et se mit à l’école de la Croix où il découvrit le «sommet du pur amour». C’est un des messages que l’église souhaite faire passer: «la Croix est avant tout source de joie et de paix».

Article publié le 19 décembre 2009 dans le Courrier Ahuntsic (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Actualité locale

Ahuntsic-Cartierville met les jeunes au sport

 

Daniel Marchand

Lors d’une conférence de presse en présence d’élus locaux, les organisateurs du Festival sportif d’Ahuntsic-Cartierville ont annoncé que les jeux se tiendront les 4, 5 et 6 décembre. Tous les jeunes de 6 à 12 ans, inscrits dans un programme de sport d’initiation de l’arrondissement peuvent y participer.

Cette année, le président d’honneur de l’événement est Simon Tanguay, un jeune athlète de patinage artistique, qui vit dans le quartier Ahuntsic. Âgé de 16 ans, le jeune homme connaît les bienfaits du sport puisqu’il patine depuis 11 ans, s’entraine quatre heures par jours, cinq jours par semaine et participe à de nombreuses compétitions. Pour lui, ce festival «véhicule de bonnes valeurs» car «c’est important de faire du sport et d’apprendre à être persévérant pour atteindre son but».

Harout Chitilian, conseiller du district de Bordeaux-Cartierville, a quant à lui souligné qu’il est «important d’encourager les jeunes et les moins jeunes à faire des activités en famille». En effet, cette année le festival a souhaité renforcer cet aspect de l’événement en proposant des activités à pratiquer en famille pour de nombreux sports comme le badminton, le tennis de table et le taekwondo. De son côté, Etienne Brunet, conseiller dans Sault-au-Récollet a déclaré qu’il «est important de miser sur le sport pour le développement des jeunes».

Le festival qui revient pour une sixième édition connait un grand succès. L’année dernière, 1395 personnes y ont participé. Un chiffre en constante hausse puisque ce sont déjà 1500 jeunes qui ce sont inscrits cette année. Le lancement du Festival sportif aura lieu le mercredi 2 décembre à 18h, à la Maison de la culture Ahuntsic-Cartierville (10 300, rue Lajeunesse). La programmation est disponible sur le site internet de la ville de Montréal (www.ville.montreal.qc.ca) ou dans les différents centres de loisirs de l’arrondissement.

Article publié le 28 novembre 2009 dans le Courrier Bordeaux-Cartierville (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Actualité locale

C-Vert s’implante à Saint-Laurent

 

Martin Alarie

Le 10 décembre, l’association C-Vert a organisé une réception au YMCA Saint-Laurent pour célébrer le temps des fêtes, l’occasion pour ses bénévoles de se regrouper et de souligner l’implantation de l’association dans le quartier.

C-Vert est un projet d’engagement environnemental, qui offre à de jeunes adolescents de 14 à 16 ans la possibilité de s’engager dans la sauvegarde de l’environnement. Le groupe C-Vert 2009-2010 de l’arrondissement Saint-Laurent est actif depuis le mois d’octobre. Pour Ariane Longpré-Lauzon, animatrice C-Vert, il s’agit «d’un programme conçu pour être un projet par et pour les jeunes». En effet, les 20 membres ont été recrutés via leurs écoles, le YMCA et le centre de loisir du quartier. «Le plus dur a été d’intéresser des garçons», confie l’animatrice. Aujourd’hui, c’est un groupe mixte et engagé de 20 jeunes qui œuvrent au sein de C-Vert. «À peu près la moitié était déjà impliquée dans l’environnement et l’autre moitié intéressée, ça créé un bon équilibre entre curiosité et savoir dans le groupe», explique Ariane Longpré-Lauzon.

Vert soi-même

Ce programme allie apprentissage théorique et actions concrètes. Les jeunes de C-Vert ont la possibilité d’acquérir de nouvelles compétences, d’apprendre concernant l’environnement et de mettre le tout en pratique au moyen de l’action écologique. Sur le plan théorique, ils suivent des ateliers auprès d’experts en environnement, comme par exemple «l’éco-design» ou «verdir les fêtes». Les jeunes vont ensuite mener des consultations auprès de la communauté pour mettre en place des projets environnementaux au bénéfice du quartier. Par exemple, le groupe est déjà passé à l’action en plantant des bulbes de crocus et autres fleurs printanières au YMCA et au parc Hartenstein. C-Vert permet aussi à ces adolescents d’apprendre sur eux-mêmes. En effet, le groupe part deux jours en camping d’hiver au camp Kanawana du YMCA. Cela sera l’occasion pour ces jeunes d’avoir un contact avec la nature, d’apprendre la survie en forêt et de travailler la confiance en soi.

Article publié le 17 décembre 2009 dans Les Nouvelles Saint-Laurent (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Actualité locale

Le CJE offre des bourses au mérite

Le 24 novembre a eu lieu la remise des bourses Accroche-toi!. Au cours de cette cérémonie, le Carrefour Jeunesse Emploi de Saint-Laurent a récompensé 13 jeunes Laurentiens qui se sont démarqués par leurs démarches leur permettant d’effectuer un retour aux études malgré les obstacles, par leur persévérance scolaire ou par l ‘obtention d’un diplôme.

Ces jeunes âgés de 12 à 24 ans, ont reçu un prix en fonction de 3 catégories de persévérance : Dans les catégories « réussite », pour ceux qui ont obtenu un diplôme quelque soit le niveau, et « persévérance », la bourse était d’un montant de 75$. Dans la catégorie « retour aux études », les vainqueurs ont reçu 100$. Certains lauréats se sont dans la même année distingués à la fois pour leur persévérance et leur réussite et ont donc reçu un prix de 150$.

Pour financer ces récompenses, le CJE Saint-Laurent et le fonds de Solidarité de la Fédération des Travailleurs et des Travailleuses du Québec (FTQ) ont développé pour une deuxième année, un partenariat. En collaboration avec la FTQ, le CJE a organisé une collecte de livres, de jeux de société, de disques compacts et de vidéocassettes usagées, dans le but de ramasser des fonds nécessaires pour l’occasion.

Plus de 309 jeunes ont fait l’objet de rencontres individuelles dans le cadre de ce projet. C’est par ce moyen que les intervenantes et motivatrices à la persévérance scolaire ont tenté de cerner les obstacles à la poursuite scolaire chez les participants et à les éliminer. « Cette activité est pour offrir une reconnaissance tangible, des bourses d’études à ceux s’étant démarqués par leur implication dans leur cheminement scolaire. » souligne Mme Danielle Villemaire, présidente du CJE.

 

Le projet Accroche-toi a été mis en place il y a près de six ans lorsque plusieurs intervenants communautaires de Saint-Laurent on remarqué l’absence de services pour les jeunes à risque de décrochage scolaire ou ayant déjà abandonné leurs études.

Article publié le 2 décembre 2009 dans Les Nouvelles Saint-Laurent (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Actualité locale

Les CJE en colère

Le Carrefour jeunesse emploi de Saint-Laurent se joint à la grogne générale pour protester contre l’exclusion des CJE de Montréal du programme d’aide financière que la ville offre aux organismes à but non lucratif (OBNL), dans le dossier de taxation d’immeubles non résidentiels imposables. Ce programme permet d’obtenir une subvention quasi équivalente au montant de la taxe payée. À cause de cette éviction, le CJE Saint-Laurent doit annuellement dévier 7500$ de subvention réservés aux jeunes de la ville pour payer cette surtaxe. Marc Grignon, directeur général du Carrefour jeunesse emploi de Saint-Laurent, en est persuadé : il s’agit d’une décision purement arbitraire.

« On taxe de l’argent qui devrait être dédié aux jeunes » déclare Marc Grignon. À cause de cette situation, c’est au moins une trentaine de personnes de l’arrondissement qui ne pourront pas être aidées dans leur réinsertion. « Mon rôle c’est d’offrir aux jeunes la meilleure formation à l’emploi, servir la communauté mais pas de gérer des taxes » explique-t-il. La situation lui semble d’autant plus absurde, qu’il n’y a qu’à Montréal que les CJE sont exclus du programme d’aide financière de leur ville. « Alors que nous remplissons tous les critères d’un organisme à but non lucratif » a assuré le directeur du CJE Saint-Laurent.

Face à ce que les CJE considèrent comme une décision « arbitraire au fondement nébuleux », ils ont décidé d’écrire une lettre aux principaux partis politiques, le 21 octobre. La réponse d’Union Montréal est sans appel : les CJE restent exclus du programme. La raison donnée par le parti politique du maire en place, est que les CJE reçoivent une subvention annuelle d’Emploi Québec dans leur mission de réinsertion des jeunes, et sont donc considérés comme des organismes paragouvernementaux. Une aberration selon Marc Grignon, qui soutient que toutes les associations qui offrent des services d’aide à l’emploi reçoivent des aides. « De plus on a aucun des avantages d’un employé du gouvernement » fait-il remarquer.

« Nous sommes autonomes, avec un conseil d’administration issu de la communauté laurentienne, on reçoit de l’argent mais on ne nous dit pas comment l’utiliser » explique-t-il. Le CJE de Saint-Laurent est le seul organisme communautaire de cet arrondissement à devoir payer cette taxe. Après deux ans de bataille, la situation semble complètement bloquée. Marc Grignon a maintenant compris que cette décision est politique et que quelque chose coince au niveau du comité exécutif. Une situation qui le rend encore plus furieux dans ce contexte de crise économique où plus de jeunes sont en très grande difficulté et démunis à Saint-Laurent.

Article publié le 14 novembre 2009 dans Les Nouvelles Saint-Laurent (Montréal).

Poster un commentaire

Classé dans Actualité locale