Entretien : les bonnes réponses aux questions sur la motivation

Article publié sur Keljob.com

Tout au long de l’entretien le recruteur va tester votre motivation, à l’aide de questions plus ou moins directes. Keljob vous conseille pour éviter de donner les mauvaises réponses le jour J.

   1. Les questions classiques

Qu’est-ce qui vous a poussé à envoyer votre dossier de candidature ?

« Avec cette question, on voit tout de suite si le candidat est motivé et pourquoi : si c’est la localisation, le contenu du poste, l’entreprise, etc. Cela nous permet de mesurer les centres d’intérêts professionnels voire personnels du candidat », explique Céline Lachenal, chargée de recrutement et de mobilité interne chez SGS France.

Conseil : Montrez que vous n’avez pas postulé à ce poste par hasard. Reprenez les différents éléments qui vous motivent dans l’annonce, comme les missions, l’activité de l’entreprise, l’environnement de travail et expliquez en quoi elles correspondent à vos objectifs.

Que savez-vous de notre entreprise ?

Oui, cette question sert bien à tester votre motivation. Car s’intéresser à la société qui va peut-être vous embaucher est primordial. Si vous parvenez à répondre de manière pertinente, cela veut dire que vous vous êtes renseigné et que vous êtes motivé pour travailler dans cette entreprise en particulier.

Conseil : « Le meilleur moyen est de s’informer sur Internet. Il faut noter et structurer toutes les informations liées à l’entreprise : l’enseigne, le concept, le groupe, la concurrence, les valeurs… », explique Alain Guiot, RRH métier au sein de Brico Dépôt.

Où vous voyez-vous dans trois-cinq ans ? / Qu’attendez-vous en termes d’évolution ?

«  Cette question  permet de voir comment le candidat place sa motivation dans la durée », explique Christian Perrin, directeur développement Ressources Humaines chez ETDE. En gros, le recruteur juge ici de votre intérêt à faire carrière dans ce poste et peut juger de la solidité de votre motivation à long terme.

Conseil : Expliquez comment vous vous voyez évoluer professionnellement. Faites attention à ce que cette évolution soit naturellement possible avec le métier auquel vous postulez. Si vous êtes là pour un poste de commercial, ne dites pas qu’à long terme vous voulez devenir comédien !

 2. Les questions introspectives

Parlez-moi de vous :

« Cette question permet de comprendre le moteur du candidat et de vérifier l’adéquation avec les besoins du poste. S’il commence par nous parler de son goût du relationnel, mieux vaut que le poste en question offre beaucoup de relationnel, sinon il va s’ennuyer », explique Christian Perrin.

Conseil : On ne vous demande pas votre biographie depuis votre enfance à aujourd’hui. Ni de parler uniquement de vous sans rapport avec l’emploi. Il faut mettre en parallèle vos expériences, formations, motivations avec le poste. Vous pouvez expliquer comment vous avez construit votre parcours pour arriver logiquement à postuler à cet emploi.

Quelles sont les missions qui vous ont apporté le plus de satisfaction ? / Qu’avez-vous préféré au cours de vos études ?

« Cet aspect permet d’avoir une première idée des tâches qu’aime particulièrement le candidat et de les mettre en relation avec le poste », explique Alain Guiot.

Conseil : Sélectionnez les missions et compétences qui sont transférables à cet emploi en particulier. « Un jeune diplômé doit éviter de dire que ce qu’il a préféré à l’université était d’être autonome et de travailler seul si l’annonce précise qu’il va surtout être amené à travailler en groupe », illustre Cyril Capel, coach dirigeant du cabinet CCLD Recrutement.

3. Les cas particuliers

Si vous êtes déjà en poste : Pourquoi vouloir quitter votre poste actuel  et intégrer notre société ?

Avec cette question délicate, le recruteur cherche à évaluer si vous avez bien réfléchi à ce changement de poste.

Conseil : « Il faut préparer cette question en mettant à plat les raisons motivants le départ. Le but est de démontrer la cohérence du choix et donc plus généralement du parcours », conseille Alain Guiot. Surtout, évitez de mettre en avant des raisons négatives : vous ne vous entendez pas avec votre boss, vous en avez assez des temps de transport, etc. Faites plutôt ressortir les motivations positives : vous souhaitez relever un nouveau challenge, vous aimeriez rejoindre à présent une plus petite structure…

Si vous postulez à un poste en dessous de vos compétences : Pourquoi ne cherchez-vous pas un poste plus qualifié ?

Dans ce cas de figure, le recruteur peut avoir plus de mal à cerner vos motivations. Il veut s’assurer que vous ne postulez pas par défaut et que vous n’allez pas partir à la première occasion.

Conseil : « Il existe beaucoup de situations pouvant expliquer ce type de choix. Le tout est de le partager avec le recruteur qui n’en a pas connaissance afin qu’il comprenne votre situation et vos motivations », explique Alain Guiot.

 Innocentia Agbe © Keljob – Février 2011

Article original: http://www.keljob.com/conseils-emploi/chercher-un-emploi/conseils-entretien-dembauche/entretien-les-bonnes-reponses-aux-questions-sur-la-motivation.html


Advertisements

Poster un commentaire

Classé dans Travail, formation

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s