Après la fête, place à la réflexion

La 10e édition du Festival du Monde Arabe(FMA) de Montréal a pris fin dimanche. Après la performance magique de la chorale internationale, La voix des Cèdres, longtemps applaudie par les spectateurs, le rideau s’est refermé sur le FMA2009. C’est donc le moment du bilan. Le festival a-t-il atteint ses objectifs d’achalandage, de création et de nouveauté?

Joseph Nakhlé n’hésite pas une seconde, pour lui le festival a été «un succès à tous les niveaux». En ce qui concerne l’achalandage, il souligne que le taux de participation a été très satisfaisant. D’ailleurs, le FMA a atteint l’équilibre budgétaire, c’est-à-dire un déficit zéro, pour la première fois depuis 2005. «C’est encore fragile, mais c’est quand même un exploit, après toutes les fluctuations que nous avons connues », explique-t-il.

Le thème de cette année, Mémoires Croisées, se voulait un trait d’union entre le monde Arabe et les autres cultures. Pari également réussi pour le directeur. Selon lui, deux spectacles ont particulièrement illustré le succès de cette thématique: «Les 3 magnifiques» et «Je me souviens». Le premier, parce qu’il a «brillamment montré le croisement de trois mémoires: indo-pakistanaise, espagnole et arabe, et a donné un spectacle splendide». Le second, parce qu’il a permis de voir «la projection d’un Québec de l’avenir qui serait construit de cette rencontre entre les deux mémoires». D’ailleurs, Je me souviens, a été un tel succès que ses créateurs pensent en faire un spectacle de 100 minutes avec une fusion musicale totale entre les sonorités québécoise et arabe. «On s’est rendu compte que c’était musicalement plus réussi quand tout le monde jouait ensemble», explique Joseph Nakhlé. Celui-ci avoue qu’ «il y a des choses à peaufiner au niveau de la danse», mais pense que le spectacle sera «évoluer dans des conditions artistiques convenables pour une tournée».

Joseph Nakhlé souhaite aussi développer plusieurs nouveautés à l’essai cette année, comme les spectacles jeunesse. «Le volet jeunesse va être développé de manière plus assidue pour sensibiliser la population jeune à l’inter culturalisme», explique le directeur du FMA. II aimerait aussi faire du cinéma un sous volet du salon de la culture et ne plus se contenter de simplement projeter un film, mais «lancer des discussions, par exemple en proposant un débat en présence du réalisateur». Ce sont donc quelques mois de réflexion et de décision qui s’annoncent pour les concepteurs du FMA. Mais cela est tout à fait normal pour Joseph Nakhlé, pour qui il s’agit chaque année de «revoir toute l’orientation du festival tout en gardant sa mission première». Le thème du Festival du Monde Arabe de Montréal 2010 sera dévoilé à la fin du mois de janvier.

Article publié le 28 novembre 2009 dans le Courrier Ahuntsic et Les Nouvelles Saint-Laurent (Montréal).

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Culture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s